Les sociétés de capital-risque parlent d'un bon jeu lorsqu'il s'agit de diversifier leur portefeuille à l'échelle internationale, mais avec quelle agressivité recherchent-elles vraiment des opportunités d'investissement à l'étranger ? Selon une récente étude publiée par Deloitte & Touche et la National Venture Capital Association apparemment pas très souvent. Il semble que les VC estiment que les investissements nationaux sont plus attractifs par rapport à l'expatriation de leur capital à l'étranger. Bien que je ne doute pas que les États-Unis soient un marché plus mature, stable et certainement familier, je remets en question les conclusions de l'étude selon lesquelles il s'agit d'un marché plus attrayant. Dans cet article de blog, je vais donner l'autre côté de l'histoire du point de vue de quelqu'un qui fait des affaires à l'international depuis le milieu des années 80. 

L'enquête mondiale sur le capital-risque de 2006 a interrogé 505 investisseurs en capital-risque, dont 53% ont déclaré qu'ils envisageaient d'investir à l'étranger au cours des 5 prochaines années. J'ai deux questions : Pourquoi attendre 5 ans, et que diable pensent les autres 47% des VC interrogés ? Ce n'est pas juste un cliché qu'il s'agit d'une économie mondiale. D'un point de vue commercial, le monde devient de plus en plus petit. Pour les investisseurs débutants ayant une forte tolérance au risque, il me semble que les sociétés de capital-risque ratent le coche. Avec les avantages des avantages fiscaux, l'effet de levier monétaire, les entrepreneurs intelligents et agressifs et les économies en plein essor, pourquoi n'y a-t-il pas plus d'intérêt à partir à l'étranger ? La réponse peut se résumer en quatre mots : Peur de l'inconnu… 

Il ne fait aucun doute que l'histoire a prouvé que les investissements étrangers mal conçus étaient semés d'embûches. Cependant, le mot clé de la phrase susmentionnée est "mal conçu". Je ne dis pas que les VC qui ne sont pas familiarisés avec les subtilités des marchés étrangers devraient s'enfuir à moitié et faire des investissements insensés, mais je suggère qu'ils ne devraient pas attendre 5 ans, ou pire encore, ne pas envisager du tout les investissements étrangers. Les sociétés de capital-risque doivent obtenir de l'argent et embaucher immédiatement des talents de premier plan avec une expérience internationale, commencer à établir des relations professionnelles clés à l'étranger et commencer à faire leurs études de marché. 

La hausse des marchés émergents est énorme et les opportunités d'ici cinq ans ne seront certainement pas ce qu'elles sont aujourd'hui. Les sociétés de capital-risque qui cherchent à maximiser les rendements devraient chercher à effectuer des allocations sur des marchés comme l'Inde, la Chine, le Brésil et les anciens pays du bloc de l'Est, entre autres. Je suis aussi patriote que quiconque, mais les États-Unis ne seront pas en mesure de maintenir la position financière dominante qu'ils détiennent depuis des décennies alors que les économies de ces marchés émergents géants continuent de se développer. De plus, l'augmentation des flux de fonds vers les marchés des capitaux exerce une pression concurrentielle accrue pour placer des fonds ici au niveau national, et avec trop de capitaux poursuivant trop peu de transactions de qualité, les valorisations augmentent rapidement. Une offre d'investissement restreinte et une masse monétaire solide ne sont que l'une des nombreuses raisons pour lesquelles les sociétés de capital-risque devraient se tourner vers l'étranger. 

L'essentiel est le suivant… Ces sociétés de capital-risque qui font entrer les premiers sur les marchés étrangers capteront les meilleures relations, s'implanteront sur le marché avec leur marque et surferont sur la vague de la croissance économique à l'étranger.