Combien de fois avez-vous vu un PDG donner une évaluation favorable des performances attendues de l'entreprise au conseil d'administration, à la banque, aux actionnaires, aux analystes, aux employés ou aux médias pour s'avérer terriblement incorrect ? Je suis toujours étonné du nombre de PDG déconnectés des réalités opérationnelles de leur entreprise. Dans le post d'aujourd'hui, je vais partager pourquoi la vue n'est pas toujours meilleure du haut…

La question est donc la suivante… comment un PDG en arrive-t-il à être si déconnecté des opérations qu'il n'en a tout simplement pas la moindre idée ? La réalité est qu'il existe un certain nombre de raisons pour lesquelles cela peut se produire, dont quelques-unes que j'ai notées ci-dessous :

  • Le PDG optimiste: J'ai rencontré un certain nombre de PDG qui choisissent simplement de voir le monde à travers des lunettes roses. Ils croiront ce qu'ils veulent croire indépendamment de ce qu'ils entendent ou de ce qu'ils observent. Même dans les pires moments, ils croient que rien n'est insurmontable. Alors que l'optimisme est généralement une grande qualité pour un PDG, il y a un point où l'optimisme débridé peut déconnecter une personne de la réalité.
  • Le PDG arrogant: Ces PDG croient pouvoir concrétiser leur vision de la réalité malgré les circonstances, les situations ou les événements. Le PDG arrogant n'apprécie pas l'apport de la direction hiérarchique et du personnel. Ces PDG considèrent que les opinions de la direction sont sans importance, à moins bien sûr qu'elles ne soient en accord avec leurs propres croyances et opinions.
  • Le PDG inconscient: Ces PDG prendront n'importe quel rapport ou élément d'information pour argent comptant. Ces PDG sont trop confiants et souvent politiquement naïfs. Ils omettent de demander des éclaircissements, une validation ou une preuve à l'appui des informations qui leur ont été transmises. C'est un état d'esprit très malsain pour un PDG qui espère créer n'importe quel degré de titularisation.
  • Le PDG déconnecté: Contrairement aux PDG qui comprennent comment tirer parti du temps et des ressources via la délégation tout en restant connectés à la direction et au personnel, le PDG déconnecté fait exactement le contraire. Ils ont des tendances recluses qui les amènent souvent à abdiquer complètement leurs responsabilités et à rester déconnectés de la direction en se séquestrant dans le bureau du coin. Se mettre la tête dans le sable ne fera pas disparaître les circonstances d'une situation particulière, mais plutôt ce type de pensée exacerbera probablement le problème.

Si vous êtes un PDG avec une vision brouillée et que vous souhaitez changer la vue du sommet, il est essentiel que vous mainteniez des lignes de communication ouvertes à travers une variété de canaux et de boucles de rétroaction. Vous devez maintenir une connexion et un rapport avec la ligne et le personnel. De plus, vous devez affiner vos sens intuitifs. Un bon PDG exige responsabilité et transparence. Ils contestent tout ce qui a des conséquences en tant qu'optimisme grossier. L'acceptation des déclarations générales et de l'ambiguïté, ou la cécité aux agendas cachés ne feront que contribuer à limiter votre vision…