Je fais une pause au Grand Café Loos à Rotterdam, Les Pays-Bas. Mon esprit tourne en rond alors que j'essaie de défragmenter et de réorganiser les nombreuses expériences, images et souvenirs qui ont fait de cette année une année si fascinante. Il est facile de repérer les gros morceaux juteux qui ont captivé la plupart d'entre nous dans le monde : bouleversements politiques, instabilité géopolitique, scandales d'entreprises pour n'en citer que quelques-uns. Cependant, ce sont les changements dont on parle le moins, les plus subtils et les plus nuancés qui se préparent juste sous la surface qui déclenchent mon esprit :

Une tendance aux départs imprévus de cadres

J'ai récemment rencontré un membre du conseil d'administration d'une grande institution mondiale à Amsterdam, un cadre prospère d'une cinquantaine d'années. Lors de notre rencontre, il m'a surpris en apprenant qu'il avait décidé de quitter l'entreprise. Il a dans la même période été approché par un autre entreprise mondiale rejoindre leur conseil d'administration, mais a également gentiment décliné cette offre. Je n'ai pas seulement été pris par surprise mais complètement déconcerté. Pourquoi arrêter si vous avez encore tant à apporter ? Pourquoi refuseriez-vous par la suite l'opportunité de votre vie de faire un grand pas en avant ? Alors qu'il commençait à expliquer ses diverses considérations, j'ai réalisé qu'il s'inscrivait dans un schéma que j'avais observé tout au long de l'année. Il semble faire partie d'une tendance; un nombre croissant de cadres quittant leur emploi sans raison apparente de poids.

Abîme de l'ennui

L'excitation pleine d'action de l'année, qui a dynamisé la plupart d'entre nous, semble l'avoir dépassé. Ce que je qualifierais de période passionnante dans la dynamique des entreprises a apparemment un effet contre-productif sur un certain nombre de cadres de haut niveau. Pensez par exemple à la stratégie, à l'évolution de la gouvernance d'entreprise, à la transformation numérique actuelle, à la conformité, etc. Mais il existe une autre perspective : pour de nombreux dirigeants, ces changements ont également modifié le paysage de la salle de conférence tel qu'ils le connaissaient. Pour certains d'entre eux, la salle de conférence s'est transformée en salle de conférence, un environnement ennuyeux, prévisible et trop réglementé. Être un cadre dans le monde d'aujourd'hui est devenu un rôle plus étroit et quelque peu banalisé. Un nombre croissant de cadres se dirigent vers l'abîme de l'ennui. Ils se sentent simplement encerclés et étouffés par de nombreux nouveaux développements, ce qui a affaibli leur créativité et leur pouvoir d'exécution.

La Teslatisation de la salle de réunion

Alors pourquoi ce nouveau phénomène a-t-il lieu ? Est-ce l'un des paradoxes managériaux de notre époque ?
Plus nos organisations deviennent sous contrôle, plus certains dirigeants se sentent hors de contrôle. C'est une conséquence directe de ce que j'appelle la Teslatisation de la salle de conférence. De nombreuses entreprises ont tellement réussi dans leurs efforts en matière d'efficacité et de conformité qu'elles ont presque réussi à rendre obsolète l'exécutif classique. Ces entreprises sont devenues automatisées et le processus est piloté par une conformité bien intégrée, des comités de surveillance et des membres du conseil de surveillance chargés d'aider l'exécutif dans ses tâches opérationnelles quotidiennes. Cela a également réussi à supprimer certains facteurs clés qui maintiennent l'exécutif classique à bord (par exemple, la responsabilité, le pouvoir et le plaisir d'être activement au volant de l'entreprise). Ils se sentent mis à l'écart par l'approche de non-intervention, qui a été implicitement introduite par un environnement managérial en évolution rapide - pour eux, les entreprises sont simplement devenues sur-gérées et sous-dirigées. Cette Teslatisation sans intervention du conseil d'administration les conduit sur une route introspective de recherche unique, ce qui fait que certains d'entre eux quittent cette « salle de réunion » à la recherche de nouveaux espaces où ils peuvent reprendre le contrôle.

Mais est-ce si grave que ça ? Sûrement pas. Le processus de Teslatisation crée également de nombreuses opportunités pour une nouvelle génération de dirigeants, moins intéressés à s'accrocher au volant managérial classique. Ils voient les changements comme des opportunités plutôt que comme des menaces, comme des catalyseurs plutôt que des handicaps. Ils ont les mains libres pour explorer les vastes nouvelles possibilités de ce processus de transformation (numérique). Ils se sentent libérés et dynamisés, ce qui les amène à réinventer, réimaginer et revigorer.

La voie à suivre

La teslatisation de la salle de conférence est un nouveau phénomène qui est là pour durer. Il n'y a pas de retour à l'époque où l'exécutif décidait, prenait la route sans trop de transparence ni de consultation avec ses différentes parties prenantes, et dirigeait l'entreprise avec une bonne dose de bon sens, d'intuition ou d'expérience. La nouvelle ère de Teslatisation sera adoptée par certains et ignorée par beaucoup. De leadership perspective, certains dirigeants changeront inévitablement de voie ou quitteront complètement la direction, tandis que d'autres adopteront la nouvelle réalité et prospéreront. Du point de vue du conseil d'administration, ce seront des moments dangereux alors qu'ils tentent de trouver le bon équilibre entre l'ancien et le nouveau et, dans ce processus, conservent les talents qu'ils ont travaillé si dur pour recruter en premier lieu. Pour que les entreprises restent compétitives, les Boards devront clairement s'adapter et surfer sur cette vague mieux qu'elles ne le sont actuellement.

A terme, les champions de 2020 seront ceux qui parviendront à comprendre et à exploiter ces nouveaux phénomènes (mieux que leurs concurrents). Au lieu de s'endormir derrière le volant, les Boards devront évoluer et se reconfigurer pour accueillir et attirer les dirigeants capables de s'épanouir dans cette nouvelle réalité.

Comme toujours, je serais intéressé par vos pensées…